Aller directement au contenu

Notes libres

Propositions estivales

Date de publication : Août 2020

Bandeau :Illustration : © Nadia Morin

En ce mois d’août teinté de vigilance et d’un optimisme prudent, le magazine Gazette des femmes marque une demi-pause estivale. Au lendemain d’un ambitieux coup d’œil international sur les conséquences de la pandémie sur la vie des femmes, nous explorons aujourd’hui le monde sur une note résolument plus libre. Trois propositions contrastées, dont le fil conducteur s’articule autour de la notion précieuse d’émancipation.

Miriane Demers-Lemay nous convie d’abord à Istanbul, à la rencontre de femmes derviches. Icône culturelle de la Turquie, la danse des derviches tourneurs est réservée aux hommes depuis des siècles. Créés au 13e siècle, les premiers groupes de derviches sont d’abord mixtes, avant d’exclure les femmes de leurs rangs plusieurs décennies plus tard. En reprenant les gestes mille fois répétés de cette tradition centenaire, et en tournant parmi leurs pairs masculins, ces femmes derviches composent à leur façon un mouvement spirituel d’affranchissement.

Pascale Navarro propose ensuite une rencontre avec la philosophe et psychologue américaine Carol Gilligan. Son dernier essai Pourquoi le patriarcat?, coécrit avec la chercheuse en psychanalyse Naomi Snider, décrypte les concepts psychologiques à l’œuvre dans la mécanique patriarcale. Les autrices démontrent ainsi que « l’injonction au détachement (pour exercer le pouvoir) est non seulement un pilier de la culture patriarcale, mais aussi l’assurance, pour les hommes et les femmes qui l’embrassent, de se prémunir contre toute perte, d’où sa persistance ». Une rencontre lucide, empreinte d’une bonne dose d’espoir.

Nous découvrons enfin l’autrice, actrice et metteuse en scène française Noémie de Lattre, qui a accepté de répondre à nos cinq questions. Celle qui a écrit d’innombrables sketchs, chroniques, essais, séries, courts métrages et pièces de théâtre s’est donné une mission : nous éclairer sur le sexisme et déconstruire l’antiféminisme ambiant. Féministe convaincue, Noémie de Lattre sait raconter avec humour et originalité le monde qui nous entoure.

Bonne lecture!

La rédaction