Aller directement au contenu

Empreinte sociale et économique : les forces vives

Le pouvoir de bâtir

Auteur路e :Sébastien Boulanger

Bandeau :Illustration : © Nadia Morin

Elles tissent la toile d’un monde équitable, égalitaire, prospère et inclusif. D’un drame sanitaire mondial à une tragédie qui bouleverse l’Europe, le leadership des femmes s’affirme. Partout, les femmes prennent la parole, influencent, agissent. Elles nouent le fil d’un tissu social souvent mis à mal. Plus encore, elles ont le pouvoir de l’ambition, celui de bâtir. Le Conseil du statut de la femme et le magazine Gazette des femmes marquent la Journée internationale des droits des femmes sous l’empreinte de ces forces vives. Ces femmes qui façonnent une société québécoise diversifiée et ouverte qui nous est chère. Saluons aujourd’hui ces architectes qui, depuis toujours, contribuent à l’enrichissement de ce que nous sommes!

Au Québec, le nombre d’entreprises en économie sociale se situe autour de 11 200, dans des domaines aussi variés que l’agroalimentaire, le transport, la santé, la culture ou la communication. Léa Villalba s’entretient avec des femmes investies dans ces initiatives novatrices et discute des motivations qui les animent. Portrait d’un modèle économique et de développement équitable… aujourd’hui largement porté par les femmes.

L’émancipation financière des femmes se heurte encore à des préjugés tenaces. Au-delà de l’écart salarial persistant entre les femmes et les hommes, quelle relation les femmes entretiennent-elles avec l’argent? Une question approfondie par le Conseil du statut de la femme et les Productions Bazzo Bazzo dans une série de balados intitulée Les femmes et l’argent. La journaliste Mélina Nantel discute de cette production originale animée par Marie-France Bazzo et Marie Grégoire, réalisée sous les soins de Philippe Desrosiers.

Les femmes autochtones prennent leur place dans le paysage entrepreneurial. Pour la chroniqueuse et entrepreneure innue Mélanie Paul, ce qui démarque les entreprises féminines autochtones, c’est leur souci premier de contribuer au bien-être des Premières Nations et de redonner à la communauté. Entreprendre pour s’émanciper? Découvrons ces entrepreneures autochtones, qui érigent des ponts entre l’histoire et le futur.

Le magazine Premières en affaires a dévoilé récemment son Palmarès des entreprises au féminin, un recensement de 110 sociétés québécoises dirigées par des femmes dont le chiffre d’affaires dépasse 5 millions de dollars. Cette célébration annuelle du leadership au féminin est une occasion de réfléchir à la contribution des femmes à l’essor social et économique du Québec. Trois entrepreneures qui se démarquent au palmarès en discutent avec le journaliste Charles-Édouard Carrier.

Édith Cloutier dirige le Centre d’amitié autochtone de Val-d’Or depuis 33 ans. Son engagement pour les droits des peuples autochtones lui a fait mériter un doctorat honoris causa de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS), l’Ordre national du Québec et l’Ordre du Canada. Émélie Rivard-Boudreau nous présente cette grande leader au parcours inspiré de femmes, dont les actions et la lutte contre le racisme envers les Autochtones dépassent largement les frontières de sa communauté.

Bonne lecture!